Profil de la coquerelle, blatte germanique


Insecte de l’ordre des orthoptères et de la famille des blattidés.

Taille

  • Adulte : de 13 à 16 mm

Description

  • Elle est plus petite que la blatte américaine, mais la plus productive.
  • Elle est aussi appelée coquerelle, cafard ou cancrelat.
  • Le corps allongé est de couleur brun jaunâtre et elle se différencie par la présence de 2 rayures foncées et longitudinales sur le thorax (bouclier).
  • On note la présence d’ailes bien développées (qui ne servent qu’à planer) chez les adultes, ainsi que de deux longues antennes, fines et souples.
  • La femelle est plus large que le mâle.
  • Les nymphes, beaucoup plus petites, sont plus foncées et ont la même forme que les adultes.

Développement

  • Sa métamorphose est incomplète (œuf-nymphe-adulte).
  • Les œufs (30 à 48) sont déposés dans une capsule (oothèque) que la femelle transporte à l’extrémité de son abdomen pour une période de 15 à 30 jours, pour ensuite la déposer dans une fente, près d’un mur, dans une armoire ou sous un appareil ménager.
  • Chaque femelle produit de 4 à 7 capsules au cours des 6 à 7 mois de sa vie.
  • Les nymphes émergent habituellement des œufs quelques heures après le dépôt de la capsule et, après 7 mues, atteignent le stade adulte en 2 à 3 mois.
  • Des conditions climatiques chaudes et humides favorisent grandement le développement de cet insecte.
  • Dans des conditions idéales, le cycle de vie des blattes germaniques est de 2 à 6 mois, soit jusqu’à 3 générations par année.
  • Le nombre de descendants potentiels d’une seule blatte est de 20 000 à 30 000.

[read more= »En savoir plus » less= »Lire moins »]

Moeurs

  • La blatte germanique est l’espèce la plus répandue à travers le monde.
  • On la retrouve dans les bâtiments, les avions, les bateaux, etc.
  • Elle préfère les endroits sombres, chauds et humides. Les moteurs, les appareils ménagers, les circuits électriques, la plomberie et les dessous de lavabos sont des endroits qu’elle affectionne particulièrement. Elle est active surtout la nuit ou à la noirceur.
  • La nymphe et l’adulte s’attaquent à une grande variété d’aliments qu’elles souillent de leurs excréments. Elles sécrètent un liquide malodorant qui laisse un arrière-goût sur la vaisselle et les casseroles contaminées.
  • La blatte est responsable de la propagation de certains virus et bactéries tels que l’hépatite et la salmonelle.

Prévention

Les blattes se retrouvent dans les bâtiments, lors de l’introduction de marchandises, de meubles ou d’équipements infestés. Il est fréquent que les occupants d’un immeuble transportent ces insectes avec eux lors d’un déménagement.

Afin de réduire le potentiel de développement, il importe de maintenir des conditions d’hygiène et de propreté exemplaires. Il faut éviter de laisser des miettes et des résidus alimentaires derrière les appareils ménagers, dans les armoires, etc. Les déchets doivent être déposés dans des contenants fermés et hermétiques.

L’obturation des fissures dans les armoires, autour de la tuyauterie et du filage électrique contribue à limiter les sites de développement.

Répression

Il est possible de détecter la présence de ces insectes et d’évaluer l’importance et l’étendue de l’infestation en utilisant des pièges englués non toxiques, avec ou sans appâts, dans les endroits stratégiques où ces insectes ont tendance à se réfugier et à se nourrir. Cette approche permet de localiser les foyers d’infestation et d’intervenir de façon rationnelle et efficace.

L’utilisation massive de ces pièges et de certains appâts insecticides représente une façon efficace deréduire la population de ces parasites.

Toutefois, afin d’éviter leur propagation et que la situation ne devienne hors de contrôle, il est recommandé d’intervenir immédiatement, dès l’apparition des premiers spécimens. Les conseils de spécialistes s’avèrent essentiels dans un tel cas.

NOTE : Le contrôle des blattes représente un niveau de difficulté élevé et les risques d’infestation et de récurrence  sont reliés aux habitudes d’achats (introduction de produits ou fournitures infestées) et au niveau de sensibilisation et de contrôle des fournisseurs (commerçants).

[/read]