Profil de la drosophile (mouche à fruits)

mouche à fruit ou drosophile

La femelle drosophile pond jusqu’à 500 oeufs dans les endroits humides ou sur la matière organique en décomposition. Le développement, d’oeuf à adulte, est de 9 à 12 jours seulement. De grandes quantités de ces insectes peuvent donc soudainement apparaître. L’habitude de cet insecte, de se poser sur les excréments d’animaux, dans les poubelles et dépôts à ordures, ainsi que sur les drains de plancher, représente un risque important de contamination, par la propagation de micro-organismes (bactéries, virus, moisissures, …)

Insecte de l’ordre des diptères et de la famille des drosophilidae.

Taille

  • Adulte : 2 à 4 mm

Description

  • Petite mouche de couleur brun rougeâtres très léger
  • Les yeux sont rouges très brillants. Certaines espèces ont les yeux noirs
  • Le thorax et la tête sont de couleur beige
  • L’abdomen est noir sur le dessus et grisâtre en dessous
  • La larve est blanchâtre, petite, mince et sans tête
  • Les œufs sont petits et invisibles à l’œil nu
  • Il existe 190 espèces de drosophiles en Amérique du Nord

Développement

  • Métamorphose complète (œuf – larve – pupe – adulte) holométabole
  • La femelle pond jusqu’à 500 œufs dans les endroits humides ou sur la matière organique en décomposition
  • Le développement, d’œuf à adulte, est de 9 à 12 jours seulement. De grandes quantités de ces insectes peuvent donc soudainement apparaître
  • Les larves (asticots) émergent des œufs en moins de 30 heures
  • Lorsque mature, la larve migre vers des secteurs plus secs pour puper
  • Jusqu’à 4 générations par année.

[read more= »En savoir plus » less= »Lire moins »]

Mœurs

  • Cet insecte est actif à l’extérieur durant la saison estivale et durant toute l’année à l’intérieur
  • S’infiltre dans les bâtiments en volant ou par l’introduction de fruits et légumes infectés
  • Les adultes peuvent couvrir une distance de 10.5 km en volant, en moins de 24 heures
  • En raison de sa forte capacité de reproduction, elle devient rapidement un fléau dans les usines et entrepôts alimentaires où l’on manipule des fruits et légumes, dans les distilleries, bars, hôtels, restaurants, supermarchés, bateaux, résidences, etc
  • L’habitude de cet insecte, de se poser sur les excréments d’animaux, dans les poubelles et dépôts à ordures, ainsi que sur les drains de plancher, représente un risque important de contamination, par la propagation de micro-organismes
  • On le retrouve particulièrement dans les endroits où il y a des fruits et légumes en décomposition ou des liquides en fermentation

Risque d’infestation de la drosophile

ÉLEVÉ : Surtout en période estivale.

Prévention

Afin d’éviter les infestations de drosophiles, il est préférable de vérifier la fraîcheur des fruits et légumes, lors de l’achat, et de les conserver au réfrigérateur ou dans des contenants hermétiques. Ces aliments deviennent rapidement une source d’infestation lorsqu’oubliés sur un comptoir, dans le fond d’une armoire, d’une poubelle ou à l’arrière d’un appareil électroménager. Les contenants à ordures doivent constamment être munis de couvercles bien ajustés. La gestion adéquate des contenants vides (bouteilles – canettes – conserves), où l’on retrouve des résidus, est de haute importance.

Répression

Le contrôle de cet insecte ne peut être limité à une simple utilisation de pesticide. La plupart des produits chimiques ne servent qu’à contrôler le stade adulte. Les mesures sanitaires représentent une étape déterminante visant à éliminer les sites de reproduction. Dans les commerces, les compacteurs à ordures deviennent rapidement une source importante d’infestation durant la saison estivale. L’augmentation de la fréquence de la récupération des déchets ainsi que l’assainissement du contenant devient alors primordial.

Il existe des pièges spécifiques pour la détection et la capture de ces mouches. L’utilisation de ces pièges, l’élimination des sources et conditions de développement et, en dernier lieu, l’application d’un insecticide approprié, en aérosol, contribueront à éliminer graduellement la population d’insectes établie.

Un programme d’intervention, incluant le traitement mensuel des drains, par l’injection d’une mousse contenant des bactéries homologuées, un déodorant et parfois un insecticide, représente une approche bien souvent très efficace.

[/read]