Profil de la fourmi de pavé

Plus de 8,800 espèces identifiées. Environ 100 espèces au Québec. Une colonie peut compter plus de 3000 insectes. Les ouvrières peuvent vivre jusqu’à 7 ans et la reine, de 10 à 17 ans. Les ouvrières s’infiltrent dans les habitations à la recherche de nourriture, sans toutefois y établir de colonies. Il n’existe, pour ainsi dire, aucune structure vraiment hermétique aux infiltrations de fourmis…

Insectes sociaux de la famille des formicidae.

Description

  • Plus de 8,800 espèces identifiées
  • Environ 100 espèces au Québec
  • Les espèces les plus communes dans les habitations : la fourmi brune des champs, la fourmi ravisseuse, la petite fourmi noire, la fourmi de sol
  • La couleur et la taille (1,5 à 15 mm) varient selon l’espèce (de 2,5 à 3 mm pour la fourmi de sol)
  • Les adultes mâles et femelles de la plupart des espèces sont ailés
  • La reine perd ses ailes après l’accouplement
  • Certaines colonies peuvent contenir plusieurs reines, selon l’espèce
  • Les ouvrières sont des femelles stériles sans ailes

Développement

  • Insectes à métamorphose complète (oeuf, larve, nymphe, adulte)
  • Selon l’espèce, l’accouplement et la fécondation se produisent au sol ou dans les airs (vols nuptiaux)
  • Le mâle meurt après l’accouplement
  • Seule la reine pond des oeufs
  • La reine soigne et nourrit la première portée d’ouvrières
  • Apparition d’individus ailés après plus de deux ans d’existence de la colonie
  • Une colonie peut compter plus de 3000 insectes
  • Les ouvrières peuvent vivre jusqu’à 7 ans et la reine, de 10 à 17 ans

[read more= »En savoir plus » less= »Lire moins »]

Mœurs

  • À l’exception des fourmis gâte-bois, les fourmilières sont établies dans le sol
  • La présence de monticules sablonneux démontre l’existence de colonies
  • Selon l’espèce et les besoins de la colonie, les fourmis se nourrissent d’une grande variété d’aliments tels que : « insectes morts, vers de terre, sève des plantes, miellat sécrété par certains pucerons, sirop, sucre, fruits, matières grasses…etc »
  • Les ouvrières s’infiltrent dans les habitations à la recherche de nourriture, sans toutefois y établir de colonies
  • Il n’existe, pour ainsi dire, aucune structure vraiment hermétique aux infiltrations de fourmis

Risque d’infestation

FRÉQUENT : Lorsque présentes dans l’environnement immédiat.

Prévention

Afin d’éviter la présence de fourmis dans les habitations, il faut garder les lieux propres et en bon état. Les fissures et ouvertures dans la structure doivent être obstruées avec les matériaux requis.

Il est possible d’identifier la présence de ces insectes et d’évaluer l’importance et l’étendue de l’infestation, en utilisant des pièges englués, non toxiques, le long de leurs sentiers de circulation, ainsi que dans les endroits stratégiques, à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments.

Répression

À l’extérieur, un contrôle efficace et assidu doit être effectué au niveau des fourmilières apparentes. L’utilisation d’appâts homologués représente une solution parfois efficace pour le contrôle des colonies à la source. Selon le degré d’infestation, certains pesticides peuvent être utilisés localement, prudemment et de façon rationnelle.

[/read]