Profil de la mouche domestique

Pendant qu’elle se nourrit, la mouche régurgite souvent une partie de son repas précédent et c’est surtout de cette manière qu’elle transmet des microbes pathogènes à nos aliments. Son corps grouille de millions de bactéries. C’est ainsi qu’elle répand d’innombrables maladies, notamment le typhus, la dysenterie, la tuberculose et la poliomyélite. On compte de 10 à 30 générations par an. La reproduction a lieu en été, où les conditions sont les plus favorables, mais trop de chaleur lui est fatale. Au-delà de 30 degrés Celsius, elle devient stérile. La femelle pond de 75 à 150 oeufs, à 5 ou 6 reprises, pour un total de 900 oeufs. Parvenant à la maturité sexuelle moins de deux semaines après la ponte, les jeunes femelles pondent à leur tour, de sorte que le bref intervalle qui sépare chaque génération permet la multiplication de l’espèce à un rythme effarant…

Insecte de l’ordre des diptères et de la famille des muscidae.

Taille

  • Adulte : 4 à 7,5 mm
  • Larve (asticot) : 7 à 10 mm

Description

  • La tête de la mouche adulte comporte des yeux rougeâtres et des parties buccales de type spongieur. La salive s’écoule et ses enzymes digèrent partiellement la nourriture
  • Le thorax gris comporte quatre bandes foncées, longitudinales
  • L’abdomen est de couleur grise à jaunâtre avec des marques foncées et irrégulières sur les côtés
  • L’insecte sombre au corps trapu, la femelle est généralement plus grosse que le mâle
  • Une seule paire d’ailes sert à sa propulsion, aidée par des balanciers, qui sont des embryons d’ailes ou haltères, indispensables à l’équilibre de l’insecte pendant son vol à caractère bourdonnant

Développement

  • Métamorphose complète (oeuf – larve – pupe – adulte) holométabole
  • La femelle apprécie les endroits chauds et humides pour pondre ses oeufs ; grains et matières organiques en décomposition, fumier, crottin, bouses, viandes, fromages, poubelles, … Selon la chaleur et l’humidité, les larves (asticots) émergent au bout de 8 à 24 heures, deviennent nymphes, pendant une brève période avant de se transformer en mouches proprement dite
  • On compte de 10 à 30 générations par an. La reproduction a lieu en été, où les conditions sont les plus favorables, mais trop de chaleur lui est fatale. Au-delà de 30 degrés Celsius, elle devient stérile
  • La femelle pond de 75 à 150 oeufs, à 5 ou 6 reprises, pour un total de 900 oeufs
  • Parvenant à la maturité sexuelle moins de deux semaines après la ponte, les jeunes femelles pondent à leur tour, de sorte que le bref intervalle qui sépare chaque génération permet la multiplication de l’espèce à un rythme effarant
  • Les larves passent par trois stades larvaires vermiformes, puis se transforment en pupes. La durée du stade larvaire, selon les conditions, est de 3 à 7 jours
  • Dans des conditions optimales, le cycle de développement complet peut être aussi court que 6 jours
  • Les adultes vivent habituellement de 15 à 40 jours, parfois plus de 2 mois. Sans nourriture, elles ne survivent que 2 à 3 jours

[read more= »En savoir plus » less= »Lire moins »]

Mœurs

  • La mouche domestique est l’espèce la plus répandue. Cette mouche se rencontre essentiellement à proximité des habitations, surtout les fermes
  • Pendant qu’elle se nourrit, la mouche régurgite souvent une partie de son repas précédent et c’est surtout de cette manière qu’elle transmet des microbes pathogènes à nos aliments
  • Son corps grouille de millions de bactéries. C’est ainsi qu’elle répand d’innombrables maladies, notamment le typhus, la dysenterie, la tuberculose et la poliomyélite
  • Ses endroits préférés pour sa reproduction sont les excréments, les fientes et la charogne
  • La mouche a un odorat très développé et peut détecter une très forte odeur à plusieurs kilomètres
  • Présente d’avril à la mi-novembre dans les habitations et commerces sous différentes formes. Le fait de la retrouver à l’intérieur durant l’hiver indique la présence de matières organique ou animale humides en décomposition
  • Elles pénètrent dans les habitations par les fenêtres et portes ouvertes, moustiquaires endommagées, entretoits, fissures. La mouche n’est pas un insecte social ; les nuages que l’on peut apercevoir résultent d’une éclosion massive
  • Des scientifiques ont établis qu’un couple de mouches qui débuterait leur reproduction en avril pourrait, dans des conditions optimales, engendrer une progéniture de 191, 010, 000, 000, 000, 000, 000 d’individus au mois d’août

Risque d’infestation

OCCASIONNEL : Relié à des éléments favorisant leur infiltration et leur développement.

[/read]